Juste un livre : Globalia – Jean-Christophe Rufin

Résumé : La démocratie dans Globalia est universelle et parfaite, tous les citoyens ont droit au « minimum prospérité » à vie, la liberté d’expression est totale, et la température est idéale. Les Globaliens jouissent d’un éternel présent et d’une jeunesse éternelle. Évitez cependant dans sortir car les non-zones pullulent de terroristes ou de mafieux. Évitez aussi d’être, comme Baïkal, atteint d’une funeste ‘pathologie de la liberté’, vous deviendriez vite l’ennemi public numéro un pour servir les objectifs d’une oligarchie vieillissante dont l’une des devises est : ‘Un bon ennemi est la clef d’une société équilibrée’.

J’ai un jour lu la quatrième de couverture de Globalia, et je me suis réjouie qu’un livre traite des limites de la démocratie, qui est une notion récurrente dans mes études de droit. En plus, l’auteur Jean-Christophe Rufin, avait reçu un prix Goncourt pour un de ses précédents livres, et beaucoup disaient du bien de son écriture. J’ai donc acheté le roman et j’ai entrepris de le lire. Malheureusement, j’ai été assez déçue pas cet ouvrage.

9782070309184L’idée d’une dystopie mettant en scène une démocratie parfaite, était certe brillante, j’ai eu du mal à comprendre où l’auteur voulait en venir par moment. En effet, j’ai trouvé l’histoire du dirigeant qui crée un « méchant » pour maintenir la société, assez tirée par les cheveux. Je pense que les ambivalences d’une société idéale en apparences auraient pu être traitées d’une toute autre façon.

Bien que ce livre soit très bien écrit, le cadre de l’histoire et ses personnages manquent je trouve d’aboutissement. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux protagonistes, et je n’était donc pas emportée dans leurs aventures. D’ailleurs, la superficialité des descriptions rend l’histoire un peu plate. Il semblerait que Jean-Chritophe Rufin ait souhaité creuser le coté ‘philosophique’ de la question, au détriment du récit. Et c’est fort dommage, parce que j’avais vraiment envie de découvrir le monde futuriste qu’il avait mis en place.

Je ne dirait pas que Globalia est un mauvais livre (d’abord parce que je ne suis personne pour juger un livre ‘mauvais’) mais je pense qu’il ne faut pas le lire dans l’espoir d’être happé par une aventure comme nous y ont habituées d’autres dystopies telles que Hunger Games ou Divergentes. En regardant la fiche du film sur Livraddict, un internaute avait commenté ‘bon sujet, mauvais traitement’, et finalement, c’est un peu vrai.

Pour acheter ce livre :

http://ln4.fr/ln457bb23ea19ce8

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s