Juste un livre : Globalia – Jean-Christophe Rufin

Résumé : La démocratie dans Globalia est universelle et parfaite, tous les citoyens ont droit au « minimum prospérité » à vie, la liberté d’expression est totale, et la température est idéale. Les Globaliens jouissent d’un éternel présent et d’une jeunesse éternelle. Évitez cependant dans sortir car les non-zones pullulent de terroristes ou de mafieux. Évitez aussi d’être, comme Baïkal, atteint d’une funeste ‘pathologie de la liberté’, vous deviendriez vite l’ennemi public numéro un pour servir les objectifs d’une oligarchie vieillissante dont l’une des devises est : ‘Un bon ennemi est la clef d’une société équilibrée’.

J’ai un jour lu la quatrième de couverture de Globalia, et je me suis réjouie qu’un livre traite des limites de la démocratie, qui est une notion récurrente dans mes études de droit. En plus, l’auteur Jean-Christophe Rufin, avait reçu un prix Goncourt pour un de ses précédents livres, et beaucoup disaient du bien de son écriture. J’ai donc acheté le roman et j’ai entrepris de le lire. Malheureusement, j’ai été assez déçue pas cet ouvrage. Lire la suite

Publicités